20 x 5 | La Cinémathèque québécoise

L’idée est toute simple : offrir au public un parcours balisé à travers l’histoire du cinéma, un parcours en 100 films choisis dans les oeuvres de 20 géants de la mise en scène. Ainsi, de Charlie Chaplin à Lars von Trier, de Carl Theodor Dreyer à Bertrand Tavernier, de Luís Buñuel à Agnès Varda et de Jean Renoir à François Truffaut, ce cycle nous permet de traverser un siècle de cinéma en sautant d’un grand film à un autre, sans négliger au passage la redécouverte de quelques longs métrages moins connus.

Le burlesque et le surréalisme ont leur place, aux côtés de la Nouvelle Vague (Jean-Luc Godard), de la naissance des jeunes cinémas nationaux (Miloš Forman, Roman Polanski, Claude Jutra), du western (John Ford) et du Nouvel Hollywood (Robert Altman). Le cinéma humaniste japonais d’après guerre n’est pas en reste (Masaki Kobayashi), tout comme l’âge d’or du cinéma italien, ici représenté par son individualité la plus flamboyante (Federico Fellini). Les courants du cinéma contemporain sont aussi présents avec les dispositifs narratifs d’Atom Egoyan, les comédies et les drames de Nanni Moretti, ainsi que le réalisme engagé des frères Dardenne.

20 X 5, c’est 100 fois l’amour du cinéma !

Source : 20 x 5 | La Cinémathèque québécoise

Partagez

Révolution – Musée des beaux-arts de Montréal

1966-1970 : des révolutions en musique Sous l’impulsion d’une jeunesse mue par un profond désir de changement et de liberté, les citoyens se rassemblent pour remettre en question l’establishment, dans toutes les sphères de la société. Six révolutions y sont abordées : révolution de l’identité chez les jeunes (l’apparence), révolution des idées (la manière de penser), révolution de la rue (la façon de changer la société), révolution de la consommation (les habitudes d’achat), révolution de la société (le mode de vie), et révolution des communications (la manière d’apprendre).

Source : Révolution – Musée des beaux-arts de Montréal

Partagez

Montréal, plateau de tournage | La Cinémathèque québécoise

DU SAMEDI 17 JUIN 2017 AU MERCREDI 28 JUIN 2017

Montréal, plateau de tournage

Montréal utilisé comme plateau de tournage est une ville aux différents visages : paysage de science-fiction dans une nouvelle ère glaciaire (Quintet de Robert Altman), ersatz de New York (Il était une fois en Amérique de Sergio Leone) ou terreau fertile pour une épidémie meurtrière (Shivers de David Cronenberg).Ce cycle illustre l’utilisation de Montréal comme plateau de tournage par des cinéastes étrangers à cette ville.

Source : Montréal, plateau de tournage | La Cinémathèque québécoise

Partagez

Olafur Eliasson | Musée d’art contemporain de Montréal

Le MAC présente la première exposition individuelle au Canada d’Olafur Eliasson, un artiste de réputation internationale qui applique des principes scientifiques afin d’explorer notre relation au temps et à l’espace. Depuis le milieu des années 1990, Eliasson réalise des dispositifs qui font appel à nos mécanismes de perception de la lumière et des phénomènes naturels. Véritablement multidisciplinaires, ses œuvres proposent des expériences immersives où sont investigués corps, mouvement, perception de soi et de l’environnement. Ainsi, plusieurs de ses installations dirigent notre attention non seulement sur ce qu’on voit, mais sur notre manière de regarder, et font en sorte, comme le dit l’artiste, qu’on « se voit en train de regarder ».

Fidèle aux lignes génératrices de la pratique d’Eliasson, l’exposition offrira une sélection d’œuvres significatives qui permettra de saisir la démarche exceptionnelle de cet artiste unique. À la fois ambitieuses et dépouillées, les œuvres présentées offriront une expérience dans laquelle on se trouve immergé dans un univers raréfié et fondamental composé principalement d’espace, de lumière et de mouvement.

Source : Olafur Eliasson | Musée d’art contemporain de Montréal

Partagez

Des cliquetis aux bips et aux mégabits | La Cinémathèque québécoise

DU 5 MAI 2017 AU 4 SEPTEMBRE 2017  /  FOYER LUCE-GUILBEAULT

Des cliquetis aux bips et aux mégabits

Le mariage de deux technologies, la machine à écrire et la télévision, d’abord avec le téléscripteur, puis avec l’ordinateur personnel Apple, a donné naissance à une nouvelle génération de technologie d’information et de communication en produisant des effets profonds sur la société.

Cette exposition est produite par MZTV Museum of television. En collaboration avec le collectionneur de machines à écrire Martin Howard. http://www.antiquetypewriters.com/

Source : Des cliquetis aux bips et aux mégabits | La Cinémathèque québécoise

Partagez

Prix collégial du cinéma québécois

À voir: tous les mercredis au G1-52!

Partagez