À la Maison de la culture du Plateau Mont-Royal, du 28 septembre au 28 octobre

Entrer dans l’univers pictural de Sophie Lanctôt, c’est fouler un territoire fragmenté de figures, de corps, de gestes qui émergent sous de multiples couches de peinture, de traces, de traits, de lignes, d’effacements et de recommencements. Une gestuelle qui est propre à l’artiste et qui propose une réactualisation d’archives de l’image peinte. Comme une forme de renouvellement du langage qui permet ici de lire entre les signes. Les tableaux, portraits et dessins qui y sont présentés puisent dans l’iconographie religieuse des images féminines peintes, figures incontournables dans différents épisodes bibliques, où l’on perçoit le souffle de l’histoire de l’art, ses réminiscences, sa réappropriation pour parler d’aujourd’hui, ce monde en constante transformation. À travers cette exposition, l’artiste poursuit une démarche créatrice féministe et ouvre de nouvelles possibilités sur la toile. Entre l’effacement et l’apparition, on assiste à une sorte de décomposition-recomposition en continu de l’image où des rencontres surgissent à mesure que l’œuvre transparaît et cherche, dirait-on, à sortir du cadre. C’est cette mobilité sous-jacente à l’image que les œuvres de Sophie Lanctôt nous invitent à retracer. Alain Petel, commissaire de l’exposition

Source : RETRACER L’INVISIBLE – ARCHIVES DE L’IMAGE PEINTE | Accès culture Montréal

Partagez